La Fille au Bracelet
Pays :
Fr.
Année :
2020
Genre :
Art & Essai, Drame, Policier - Thriller
Date de sortie :
12/02/2020
Durée :
1 h 36
Réalisateur :
Stéphane Demoustier
Acteurs :
Melissa Guers, Chiara Mastroianni, Roschdy Zem

Séances

Lise, 18 ans, elle vit dans un quartier résidentiel sans histoire et vient d’avoir son bac. Mais depuis deux ans, Lise porte un bracelet électronique car elle est accusée d’avoir assassiné sa meilleure amie.

Il y a des films qui vous assomment comme un bloc de granite. La Fille au bracelet est de ceux-là.

Critique-Film

Par le réalisateur de Terre Battue, Allons Enfants

Le tribunal est le lieu de toutes les dramaturgies, tel un théâtre cruel du réel. Il est à la fois plein de cris, de rire, de larmes, de violence, de remords, de beauté aussi. Et ça, Stéphane Demoustier l’a bien compris. En nous faisant vivre par procuration le stress inhérent aux procès d’assises, le réalisateur parvient à témoigner de l’extrême difficulté de juger. Dans son troisième long-métrage, il raconte la troublante histoire de Lise Bataille, une adolescente de dix-huit ans, accusée du meurtre de sa meilleure amie Flora, survenu deux ans auparavant.
Construit en quasi huis-clos, ce drame judiciaire sobre et maîtrisé soulève les questions épineuses de la culpabilité et du terrible fossé entre les générations.
Le film suit le procès de la jeune fille portant un bracelet électronique – un fardeau qu’elle doit supporter seule –, cadre dans lequel le cinéaste met en scène une haletante confrontation entre les différents personnages et ne cesse de semer le trouble quant à l’innocence présumée de la principale suspecte.
En effet, à mesure que la vie intime de Lise est dévoilée à la cour, la carapace se referme et la vérité devient de plus en plus difficile à discerner. Immergé dans cette brumeuse et sinistre affaire, le spectateur se fait le témoin de l’atroce homicide qui se reconstitue, pièce par pièce, devant lui. Mais l’arme du crime a disparu. Les preuves manquent. L’enquête ne peut aboutir.
Regard franc, posture droite, la jeune révélation Melissa Guers est époustouflante dans le rôle de cette adolescente mystérieuse enfermée dans une cage de verre, dont le visage impassible ne révèlera rien, et ce jusqu’au dénouement.
Face à elle, Roschdy Zem et Chiara Mastroianni incarnent les parents en détresse, résignés et submergés par le doute et la suspicion. Comment une famille survit-elle à de telles accusations ? Connaît-on réellement ses enfants ? À travers ce drame contemporain, le réalisateur évoque la détresse des familles, leur double peine. Face à cet obstacle difficile à surmonter qu’est un procès, chacun réagit différemment.
Le réalisateur retranscrit également à la perfection ce que sont les combats judiciaires. À travers le personnage de Lise, c’est toute une génération qu’on dévoile. Une génération qui prône le sexe sans sentiments, la facilité de passer d’un partenaire à l’autre, la perméabilité des orientations sexuelles, la perversion à l’œuvre sur les réseaux sociaux… Et lorsque le personnage rigide d’Anaïs Demoustier tombe dans le jugement moral à propos de la vie dissolue de l’accusée, l’avocate de Lise rétorque aussitôt : « Que savons-nous de ces jeunes, de leurs vies, de leurs amitiés, de leurs codes ? ».

En ce sens, « La Fille au Bracelet » est un film inscrit dans son époque. Une fiction actuelle, donc, qui se révèle aussi une forte démonstration de ce que doit être la justice : le doute profite toujours à l’accusé. En théorie.

Comments are closed.